Chaire Unesco - Former les enseignants au 21e siècle

Collaboration avec l’ENS Abidjan

jeudi 22 mai 2014

Collaboration avec l'ENS Abidjan
Projet Neopass@bidjan
Deux établissements scolaires très contrastés ont été choisis pour ce premier recueil : un lycée d’excellence de jeunes filles et un lycée accueillant des populations scolaires plus hétérogènes.

Cette première étude du travail enseignant, dans le cadre de la chaire Unesco sur le continent africain, s’est déroulée début mai 2014. Il s’agissait d’une part de poursuivre l’étude des invariants et des spécificités des modalités d’enseignement dans la francophonie et d’autre part de développer de nouveaux outils innovants pour la formation initiale des enseignants. En effet la professionnalisation des étudiants de l’ENS d’Abidjan s’effectue jusque-là à partir de dispositifs de micro-enseignement (simulations de séquences de cours entre étudiants), c’est-à-dire sans prise en compte des contextes réels d’enseignement dans des classes aux effectifs souvent pléthoriques en Côte d’Ivoire et plus largement en Afrique (de 60 à 120 élèves de la sixième à la troisième). Pour combler l’écart possible entre une formation à un métier projeté et la découverte des réalités contextuelles du métier, l’objectif technologique de notre collaboration est de créer un corpus vidéoscopique de l’activité réelle d’enseignants débutants et plus expérimentés dans les classes d’établissements scolaires d’Abidjan, utilisable pour la formation des étudiants de l’ENS d’Abidjan.

Deux établissements scolaires très contrastés ont été choisis pour ce premier recueil : un lycée d’excellence de jeunes filles et un lycée accueillant des populations scolaires plus hétérogènes. Après la présentation du projet de recueil aux équipes de pilotage des établissements et aux enseignants (contrats de collaboration, droits à l’image, usage des vidéos…), une douzaine de leçons de six matières scolaires, conduites par des enseignants débutants et des enseignants plus expérimentés, ont été observées avec des élèves de différents niveaux scolaires. Ces leçons ont ensuite servi de supports pour que les enseignants explicitent a posteriori leurs expériences mais aussi la nature des prescriptions institutionnelles qu’ils s’attachent à prendre en compte dans leurs activités.

Les premiers échanges avec nos collègues africains et les observations de classe ont pu nous permettre de constater que l’accueil et la mise au travail des élèves ne constituent pas des situations professionnelles aussi problématiques que celles observées en France ou dans d’autres pays francophones. Plusieurs éléments organisationnels permettent d’expliquer en partie ces différences très nettes d’ambiances de classe en début de cours :

  • a) les élèves sont déjà en classe et accueillent l’enseignant. Dans certains lycées, le règlement intérieur stipule même qu’un élève ne peut rentrer en classe après le professeur,
  • b) un chef de classe tente de maintenir l’ordre avant l’entrée de l’enseignant. Il est l’élément régulateur qui anticipe, prévient. Médiateur, il doit fournir des excuses après des moments d’agitation de la classe,
  • c) des techniques de contrôle des absences astucieuses et économes limitent le temps d’appel des grands groupes,
  • d) la note de conduite des élèves est très largement valorisée, voire prioritaire dans certains établissements. Si celle-ci n’est pas suffisante, l’élève peut être exclu. Ainsi l’ensemble du système éducatif repose sur des valeurs éducatives très fortes. Un enseignant-formateur de l’ENS d’Abidjan le précise : « En Côte d’Ivoire le système scolaire est calqué sur le système familial dans lequel l’ainé a un droit sur le cadet : le cadet doit respect à l’ainé. Et donc en situation de classe, l’enseignant qui arrive est d’emblée respecté par les cadets. Ceux-ci s’imposent en général une discipline et sont disposés à recevoir le cours ».

Nos observations se sont alors déplacées vers une autre situation professionnelle vécue cette fois de manière bien plus problématique par la majorité des enseignants : la gestion des grands groupes avec toute une série de questionnements de leur part pour rendre leurs cours plus interactifs, avec notamment la recherche d’indicateurs pour s’assurer de l’appropriation des savoirs par tous les élèves. La première ressource (dans la lignée du programme NéoPass@ction) s’attachera à proposer un ensemble de ressources vidéo, à partir de l’étude du travail réel des enseignants, sur cette « thématique critique » dans de très nombreux systèmes éducatifs africains.

Avec tous nos remerciements à Luciane Kanon, responsable des relations internationales de l’ENS d’Abidjan, pour la qualité de son accueil et de sa collaboration.

Ce projet est soutenu financièrement par la Région Rhône-Alpes.

Portfolio

  • grand groupe - Abidjan
  • posture d'enseignant - Abidjan
  • Classe - Abidjan
  • posture d'enseignant - Abidjan
  • séminaire - Abidjan
Retour au sommet